• Guillaume Tardé

Comment TikTok replace des métiers de l’ombre sous le feu des projecteurs ?

Dernière mise à jour : 9 févr. 2021

La révolution numérique que nous connaissons continue de bouleverser les rapports humains. Les réseaux sociaux sont devenus les nouveaux eldorados où il faut être pionnier sous peine d’être happé par le gap générationnel. Ces plateformes sont souvent accablées de critiques, accusées d’encourager l’individualisme et le show-off des richesses. Mais entre les belles voitures et les plages de sable fin, on aperçoit aujourd’hui des personnalités et des métiers plus ordinaires qui se sont frayés un chemin vers la notoriété. En effet, TikTok, dernier né de l’industrie des réseaux sociaux, donne à voir des professions parfois oubliées par le monde digital : caissier, pisciniste, professeur, éboueur…





TikTok, loin d’échapper à certaines dérives engendrées par les réseaux sociaux, propose un contenu dans lequel l’image compte moins que le divertissement. Le temps de la perfection et de l’image contrôlée, qui a connu des heures de gloires, non révolues d’ailleurs, semble laisser la place à l’affirmation des personnalités en tout genre. Certains utilisateurs, qui exercent des métiers rarement mis en avant ont réussi à divertir, intéresser, et faire découvrir leur profession au travers de vidéos virales qui créent le buzz sur le néo réseau social.


Pour rappel TikTok c’est :


- Une application média créée en 2016

- 800 millions d’utilisateurs actifs dans le monde

- 41% des utilisateurs TikTok ont entre 16 et 24 ans

- Ses utilisateurs passent en moyenne 52 minutes sur TikTok par jour

- Une application disponible dans 155 pays du monde

- Plus d’1 milliard de vidéos vues chaque jour sur TikTok



Marynn Vita, 27 ans, par exemple, a su saisir les opportunités que lui offrait la plateforme afin de faire découvrir les dessous du métier d’hôtesse de caisse. Dans ses vidéos, elle tourne en dérision certains comportements des clients en saupoudrant le tout d’un accent alsacien accrocheur. Sa notoriété grandissante (103 000 abonnés et 2,6 millions de likes) a mis un coup de projecteur sur son métier et lui permet de mettre en avant ses passions personnelles comme le chant.


Ludovic (@ludovic_off) fédère quant à lui près de 47 000 d’utilisateurs, pour un total de 485.000 likes. Son métier ? Eboueur. Son idée ? Sensibiliser ses abonnés à la protection de la planète et au métier d’éboueur grâce à des courtes vidéos sur ses actions quotidiennes. Entre ramassage de masques et de gobelets en plastique, il s’active à dépolluer les rues pour une « planète propre », leitmotiv de ses vidéos.


Timothée, 26 ans, s’inspire de son métier de professeur de physique-chimie au lycée pour créer des vidéos parodiques de ses élèves. Son but ? Casser l’image austère et stricte qu’on assimile aux professeurs. Grâce à ses vidéos humoristiques, @timthc réunit 225 000 abonnés et 6,2 millions de likes sur le réseau social.



Cependant, le format de la plateforme n’est peut-être pas le seul facteur explicatif. En effet, nul n’ignore le contexte lourd que la pandémie de Covid-19 nous impose depuis bientôt un an et ce choc externe a des retombées inattendues sur ces métiers parfois banalisés injustement.

La crise sanitaire a provoqué des réactions primaires chez certains, comme l’achat en masse de rouleaux de papier toilette et de pâtes, figures de proue de notre évolution. L’instinct de survie a pris le dessus et animé ces comportements parfois animaux, nous rappelant avec brutalité que l’humanité trouve ses limites dans l'adversité. Ce mouvement de panique progressivement estompé, le confinement déjà entamé, le temps de la réflexion est arrivé.


Cet ébranlement du monde a, en effet, été suivi d’un questionnement sur nos modes de vies, nos métiers, nos habitudes. Beaucoup se sont interrogés sur leur utilité dans une société qui, lorsqu’elle vacille, ne fait pas appel à eux. Certains postes prestigieux ont perdu de leur superbe, laissant à certains métiers moins convoités le soin de récupérer les honneurs. Caissiers, éboueurs, maçons, chauffeur poids lourds… Ce sont sur toutes ces professions que repose le système qui pourtant distribue par le haut. La pandémie aura donné le coup de projecteur mérité à ces métiers, à ceux qui les incarnent et leur utilité fondamentale pour notre existence à tous.


TikTok permet aujourd’hui d’étendre cette visibilité et de faire une place à ces métiers dans la lumière des réseaux sociaux. Utiles voire indispensables dans la vie quotidienne, ces professions se créent progressivement une empreinte digitale, incontournable à l’ère numérique. Principalement utilisé par les jeunes, TikTok pourrait, par ailleurs, servir de vitrine à tous ces emplois et inspirer des vocations.


73 vues0 commentaire